Analyse : comportements individuels et stratégie d'entreprises

Veille et analyse : ce qu’enseigne les détournements de masques de protection respiratoire

Notre situation présente résulte de nos choix passés. Et notre situation future résultera de nos choix présents.

Voilà ce que m’inspire la lecture de plusieurs articles diffusés autour du 1er avril sur les détournements auxquels les États se livrent les uns envers les autres pour entrer en possession de masques de protection destinés au personnel de santé.

Logique…

Voilà une situation dans laquelle les acteurs pensent qu’ils ont plus à gagner en étant déloyaux les uns envers les autres qu’en coopérant. En effet, sur le court terme, celui qui trahit a plus à gagner que celui qui coopère. Chacun des acteurs est donc tenté de trahir. Une double trahison préjudiciable aux deux parties, sur le court terme.

Or, les États sont en relations permanentes entre eux. Une relation qui s’inscrit dans une logique de moyen/long terme. Et les États victimes de duperies pourraient user de représailles pour non seulement punir ceux qui les ont spolié, mais éviter de subir un préjudice face à d’autres États aux intentions non connues. Ce faisant, la satisfaction des besoins des uns provoquera la réduction du bien-être des autres. Une situation perdante sur le long terme. Cette perte disparaît si deux ou plusieurs États, les régions d’un même État ou une entité supranationale décident de coopérer, par exemple en s’associant pour acquérir les masques à moindre coût. A cet égard, le silence de l’Union Européenne est révélateur d’un malaise qu’il conviendra d’étudier une fois la crise passée.

…ou émotion ?

Mais cette équilibre est, au mieux, fragile, au pire illusoire. En effet, la psychologie sociale a mis en évidence que les choses nous paraissent plus intéressantes lorsqu’elles sont en quantité limitée, ce qui est en ce moment le cas des masques de protection. Les acteurs sont alors plus motivés par la crainte de perdre une chose que par la perspective d’en gagner une autre. Et lorsque la perte se situe au niveau de notre santé, voire de notre vie, nos émotions prennent le dessus, et effacent toute réflexion logique. La possession de l’objet prend alors le pas sur son utilité.

Conclusion

1 – Une décision prise sous l’emprise d’une vision à court terme peut détruire des opportunités à moyen / long terme.

2 – L’émotion court-circuite la réflexion

3 – Lorsque chacun poursuit son intérêt individuel, le bien-être des uns se fait au détriment du bien-être des autres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s