Analyse : comportements individuels et stratégie d'entreprises

« Celui qui se marie avec l’esprit de son époque se retrouvera veuf dans la suivante »

J’ai retenu hier cet aphorisme, extrait du film Netflix « Les deux papes », articulé autour d’un dialogue entre Benoît XVI et François II. Une formule qui suscite 3 réflexions :

1 – Pour évitez le piège de la préhistoire…

Lors du TEDx organisé par l’Institut Mines Telecom sur le thème « L’ère de rien », Christel DE FOUCAULT attire l’attention des collaborateurs en poste sur le risque de devenir, une fois au chômage, des « candidats de la préhistoire ». Car « la recherche d’emploi évolue aussi vite que la société ». D’où l’importance de rester à l’écoute de ces évolutions. Encore faut-il déterminer quoi écouter, où l’écouter et comment l’écouter. Or, dans la mise en œuvre de cette stratégie d’acquisition de connaissances, la plupart d’entre nous se heurtent à trois obstacles :

☞ Pas le temps

☞ Pas les moyens, financiers, humains ou matériels

☞ Pas les méthodes

2 – …développez votre flexibilité cognitive…

Cyril BLADIER, dans un de ses récents post, s’étonne de l’incapacité des entreprises à se démarquer de leurs concurrents. Une incapacité qui s’explique, notamment, par les trois obstacles précédemment mentionnés. Véronique MESSAGER, dans son article sur la transformation agile, donne une piste à explorer : « tirer profit de notre flexibilité cognitive nous aide à désapprendre des comportements devenus obsolètes pour apprendre de nouveaux comportements plus adaptés aux nouveaux contextes ». Flexibilité : le mot est lancé. C’est une des clés pour renforcer votre compétitivité dans vos projets en cours. Mais pas la seule…

3 – …mais résistez à la tentation du modernisme !

Attention cependant à ne pas prendre cet aphorisme pour argent comptant. Car nos deux papes, dépositaires d’une religion deux fois millénaire, semblent curieusement se faire les porte-parole d’une société de gens atteints de snobisme chronologique et désireux d’être à l’avant-garde de la nouveauté. Cette apologie de la nouveauté et du modernisme serait-elle la trace d’un « effet Netflix » ? Tout changement rend t-il un produit, un service ou même une organisation plus efficace et performante que la continuité de son état actuel, présumé périmé ? Le lien de cause à effet entre nouveauté et performance n’est pas systématique. Si la nouveauté apporte avec elle son lot d’amélioration, la valeur d’un produit ou d’un service tient moins de sa nouveauté ou de la popularité acquise auprès du public que de sa qualité intrinsèque. En outre, tout changement sur un produit ou une prestation de service n’impacte pas sa valeur. Mieux comprendre permet donc de mieux décider et moins se tromper…

Conclusion

En ces temps où les nouveautés apparaissent aussi vite que les bombes explosent à Beyrouth ouest, l’esprit critique est plus que jamais de mise. Et parce que toute nouveauté n’est pas synonyme de progrès, faire preuve d’esprit critique, c’est se poser les bonnes questions :

1 – En quoi consiste la nouveauté ?
2 – Quel changement apporte t-elle ? A titre d’exemple, réécoutez le sketch de Coluche sur la publicité, et notamment le passage dédié au « nouvel Omo »
3 – A qui profite la nouveauté ?

Mais la surveillance de la notion de nouveauté, chère aux professionnels de la veille, porte également sur la sémantique utilisée par ceux qui en font la promotion. Par exemple, l’« événement » est un fait générateur de nouveauté. Encore plus si cet événement est qualifié de « décisif ». Un autre mot lié à la nouveauté est celui de « génération » : ces X, Y ou Z qui perturberaient, par leur comportement, le fonctionnement d’une société aux rouages bien huilés. Pourtant, leurs aspirations sont-elles si différente de celle de leurs aînés ? Une question qui nous ramène au « piège de la préhistoire » évoqué au début…Or, nouveauté et ancienneté sont les deux facettes d’une même pièce : le temps. Une question se pose alors : est-il possible d’échapper au temps ?

…et si vous découvriez la méthode DCA ?

Pour aller boire à la source :

Christel DE FOUCAULT « Recherche de job: Une aire de jeu? Un air de joie? » – juin 2018

Cyril BLADIER « on n’imagine tout de même pas faire mieux que ses concurrents en faisant comme eux ? Et bien si. » – 25 janvier 2020

Véronique MESSAGER « Transformation agile : notre cerveau aussi est agile ! »

Xavier LAVIE – « Argumentum ad novitatem vs argumentum ad antiquitatem » – août 2017

Onur KARAPINAR « Influence et Manipulation : 6 techniques pour comprendre les mécanismes de persuasion » – août 2017

COLUCHE « La publicité »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s