Banques et assurances

Réchauffement climatique : quel impact pour les assurances santé ?

Cet article, écrit de ma main, a initialement été publié dans un dossier de l’IPSE (Institut de la Protection Sociale Européenne) intitulé : « Enjeu : ressouder les fractures« . Ce dossier est disponible ici.

*********************************************************************************************

Longtemps mis en doute par certains acteurs économiques, le réchauffement climatique est désormais une réalité. Les observations sont sans appel : au cours des 25 dernières années, la température a augmenté de 0,18°C tous les dix ans dans le monde, alors que cette hausse s’élevait à 0,85°C au cours des 130 dernières années. A l’origine de ce réchauffement climatique, l’utilisation par les hommes de combustibles fossiles (gaz, hydrocarbures…) dans le cadre de leur activité industrielle qui ont rejeté des quantités importantes de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre. Ces gaz retiennent la chaleur dans les couches les plus basses de l’atmosphère. Il en résulte une hausse globale des températures entraînant des épisodes de canicule ou de précipitations. Ces phénomènes météorologiques fragilisent l’état de santé des hommes.

Tous malades en 2050 ?

Les effets du réchauffement climatique se manifestent d’abord au niveau de la santé physique de l’humanité. La population européenne traverse, depuis le début des années 70, une période de fécondité inférieure au seuil de remplacement des générations. Cette baisse de la fécondité s’accompagne d’une hausse de l’espérance de vie. Cela signifie que la majorité des personnes qui composent la population européenne est née entre 1945 et 1975 (les fameux « baby boomers »). Ces personnes, en 2030 seront donc âgés de 55 à 85 ans. Ce qui fait de l’Europe un continent vieillissant, donc de santé plus fragile. Les canicules et inondations qui accompagnent le réchauffement climatique accroissent les risques d’accidents cardiovasculaires et respiratoires, notamment dans les rangs des « baby boomers » les plus vulnérables, mais aussi des jeunes enfants.

Le réchauffement climatique induit d’autres effets. Notamment l’allongement de la saison pollinique, au cours de laquelle la végétation produit et diffuse du pollen dans l’atmosphère. Une période à haut risques pour les personnes allergiques, qui développent alors rhinites allergiques et crises d’asthme. Des pathologies plus fréquentes en milieu urbain qu’en milieu rurale. Or, plus d’un européen sur deux vit en ville…

Avec la hausse des températures, les environnements se transforment. Et la faune peut entamer un processus migratoire. Ainsi, les habitants du sud de l’Oural ont vu avec crainte arriver des tarentules vénéneuses à la morsure douloureuse du Kazakhstan voisin. Si l’exemple russe peut paraître lointain, les pathologies transmises par les moustiques, (en particulier Aedes Albopictus, le moustique tigre), les poux, les tiques ou les mouches sont à nos portes : cas de dengue autochtone à Saint Laurent du Var (Alpes Maritimes), de chikungunya à Rome en 2017, maladie de Lyme en pleine expansion en France en 2016…

Mais si la montée des températures fragilise notre système immunitaire, elle attaque également notre santé mentale.

La santé, c’est aussi dans la tête

Nous le savons tous : lors des périodes de canicule, la qualité de notre sommeil s’en trouve altéré. L’explication résiderait dans l’inhibition par la température de neurones DN1ps, situés dans le réseau neuronal circadien. Mais une étude menée en 2018 par Jamie MULLINS & Corey WHITE a établi une corrélation entre insuffisance de sommeil et consultations pour problèmes psycho-sociaux et de santé mentale. Par ailleurs, il semble que les risques de suicides augmentent avec la montée des températures. Mais les canicules ne sont pas les seules à exercer leur effet néfaste sur le psychisme humain : les inondations et leur cortège de destruction des biens provoquent l’émergence de troubles mentaux et de stress pouvant déboucher sur des incidents cardiovasculaires.

Si le manque de sommeil consécutif à l’augmentation des températures provoque des perturbations de santé, il exerce aussi son influence sur l’activité économique : risques psycho-sociaux dus à des tensions, risques d’accidents dus à une altération de la vigilance…D’ors et déjà, le réchauffement climatique a un coût économique : 153 heures de travail perdues France en en 2017. A cet égard, le coût estimé des dommages directs pour la santé se situe entre 2 et 4 milliards de dollars par an d’ici 2030.

Assurer, c’est anticiper

Bien entendu, comme dans tous les sujets impliquant des interactions complexes entre environnement naturel, culturel, économique et social, les mesures d’adaptation et d’atténuation des effets indésirables de cette hausse de température globale sur la santé des hommes débouchent sur des initiatives diverses : Plan National Canicule pour limiter le nombre de décès dus à la forte chaleur, nouvelles conceptions de l’environnement urbain, aménagement de l’activité économique…Une collaboration interdisciplinaire favorisera la compréhension des différentes interactions à l’œuvre ainsi que l’émergence de solutions pragmatiques et efficaces.

Il n’en reste pas moins que le secteur de l’assurance est l’un des principaux concernés, car il devra payer davantage aux assurés, à mesure que les phénomènes météorologiques deviendront plus fréquents et plus graves. Une indemnisation que le vieillissement de la population et son moindre remplacement contribue à rendre complexe. Anticiper les conséquences du changement climatique pour mieux en calculer les risques devient un impératif pour en atténuer l’exposition ou s’y adapter. Même si ces risques demeurent difficiles à assurer, car difficiles à modéliser du fait des interactions complexes précédemment évoquées.

Complémentaire santé : qui va payer ?

Sur le plan économique, les mutuelles interviennent pour compléter le remboursement des dépenses de santé de tous les actifs, qu’ils soient salariés, depuis janvier 2016, ou indépendants, depuis la loi du 11 février 1994 dite Madelin. Or, l’augmentation de ces problèmes de santé au fil des années finira par peser sur les prises en charge des complémentaires santé, pour lesquelles les budgets des mutuelles restent limités. Pour corser le tout, la décision politique de renforcer l’accès aux soins sans barrière de coût entraînera, en 2019, une accélération dans les renégociations des régimes de santé aussi bien au niveau des prestations devant intégrer les notions de RAC 0 que dans la définition d’ayants droits et de catégories de personnel. Une mesure dont le coût sera transféré de l’assuré vers la sécurité sociale et les complémentaires d’une part et les fabricants de produit d’autre part. Des traces de cette mise en conformité devrait être détectées, notamment, dans les conventions collectives nationales.

Les laissés-pour-compte de l’assurance santé

Il reste que, sur le plan socio-économique, certaines populations inactives, comme les retraités, les étudiants et les chômeurs, pourraient payer très cher l’accès aux soins sans coût.

Les retraités, en raison de leur état de santé, consomment plus fréquemment des prestations de soins. Et pourraient voir le coût de leur complémentaire santé s’envoler. Ce qui pourrait les dissuader de rester couverts. Pourtant, aux yeux des vendeurs de contrats d’assurance, la complémentaire santé vendue aux seniors constitue un produit d’appel pour leur proposer d’autres contrats : assurance-vie, assurance décès, assurance obsèques

Les étudiants aussi sortent sans couverture complémentaire santé, affirme la Fédération Nationale Indépendante des Mutuelles (FNIM), qui constate une baisse de la couverture par une complémentaire santé auprès des 18-24 ans. Une couverture qui reste encore très liée au revenus.

Ce qui explique l’absence de couverture santé chez les chômeurs, malgré l’existence de la CMU-C. Or, le stress généré par la recherche d’emploi , couplé avec le changement climatique, constitue un cocktail détonant pouvant accélérer la survenance d’accidents cardio-vasculaires et le passage à l’acte suicidaire.

Le changement climatique pourrait, si les décideurs n’y prennent pas garde, accroître les inégalités sociales entre inclus et exclus de l’assurance santé.

Bibliographie

INA « Haroun TAZIEFF et le risque de réchauffement climatique » 1979

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE « changement climatique et santé humaine »

OUEST FRANCE « Le nombre d’étudiants couverts par une mutuelle en forte baisse » 8 janvier 2019

Jamie MULLINS  & Corey WHITE « Temperature, Climate Change, and Mental Health: Evidence from the Spectrum of Mental Health Outcomes » 2018

PROFIDEO « 100% santé : le compte à rebours est lancé », « 2018 : bilan de la négociation conventionnelle des régimes de Santé », « assurance de comportement : vous payez ce que vous êtes » 2018

SANTIANE.FR « Retraités : alerte sur les hausses de complémentaire santé » 23 octobre 2018

ENVIRO2B « Les assureurs seront durement touchés par les changements climatiques » 4 juin 2018

Mélanie BEAUDOIN (MON CLIMAT, MA SANTE)« Quand les changements climatiques irritent la santé mentale » 22 mai 2018

Pierre MENETON, Marie PLESSZ, Émilie COURTIN, Céline RIBET, Marcel GOLDBERG et Marie ZINS « Le chômage : un problème de santé public majeur » janvier 2017

Nick OBRADOVICH, Robyn MIGLIORINI, Sara C. MEDNICK & James H. FOWLER (SCIENCE ADVANCES) « Nighttime temperature and human sleep loss in a changing climate » 26 mai 2017

Brigite BEGUE (E-SANTE) « Le réchauffement climatique et son impact sur notre santé » 8 septembre 2016

Baptiste CLARKE (ACTU-ENVIRONNEMENT) « La maladie de Lyme en pleine expansion en France » 11 juin 2016

Mathilde PASCAL, Pascal BEAUDEAU, Karine LAAIDI, Philippe PIRARD, Robert VAUTARD « Changement climatique et santé : nouveaux défis pour l’épidémiologie et la santé publique » novembre 2015

Gérard-Francois DUMONT (DIPLOWEB) « UE prospective démographique » 20 avril 2011

Une réflexion au sujet de « Réchauffement climatique : quel impact pour les assurances santé ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s