Communication corporate et marketing social·e-réputation·Handicap au travail·insertion professionnelle·Le monde du travail

Autisme et monde du travail : je t’aime, moi non plus

Ils seraient 700 000 en France, soit 1% de la population française. « Ils« , ce sont ces français (et françaises) à part entière, qui vivent encore trop souvent entièrement à part. En cause : leur autisme. « Je suis une morte vivante mais personne ne s’en rend compte » raconte Emma, autiste de 33 ans.


Mais c’est quoi être autiste ?

Selon l’OMS, l’autisme est un trouble du développement d’origine neurobiologique. Il se caractériserait par « un manque d’empathie, une faible capacité à se faire des amis, une conversation unidirectionnelle, une forte préoccupation vers des intérêts spéciaux, et des mouvements maladroits ».

En clair, pour la plupart d’entre vous,un autiste, c’est ça :

Une telle définition est cependant de plus en plus contestée par certains acteurs du milieu, en ce qu’elle appréhende l’autisme comme une déficience, qui devrait être corrigé afin de faciliter l’adaptation de la personne autiste aux relations avec les personnes non autistes, considérées comme standards de la normalité sociale.

Un standard de normalité qui soulève l’agacement, voire la colère, de certains autistes : « il n’y a rien à guérir chez vous, rien à changer. » clame Julie Dachez en introduction de sa BD « La différence invisible », dans lequel elle raconte son parcours et la découverte de ce qu’elle considère comme sa différence. Une différence qui s’affirme au fil des ans, comme en témoigne les associations qui se créent pour permettre l’insertion professionnelle et sociale des autistes en France. Et éviter aux autistes l’alternative de « faire des efforts d’adaptation » ou de « partir vivre en Belgique pour cause d’incapacité à savoir répondre à leurs attentes en France », pour reprendre deux expressions de Béatrice Duka.

Même son de cloche, quoique moins vindicatif, du côté de la plateforme digitale RH Hipip’IN : « Je ne suis pas différent de toi, je suis différent comme toi » est son leitmotiv. Une manière d’affirmer que « La bulle Asperger n’est pas immuable ». Car, confronté aux personnes non autistes, l’autiste se remémore parfois cette célèbre formule de Jean-Paul Sartre : « L’enfer, c’est les autres ».

Pourtant, par certains aspects, les autistes ressemblent aux mutants dotés de super pouvoirs que le cinéma a rendus populaires : leur difficultés d’insertion n’a d’égal que leurs étonnants pouvoirs.


les super-pouvoirs de l’autiste

« J’ai été viré plus de fois que vous n’avez été embauché » affirme Tim GOLDSTEIN. Un état de fait qui se retrouve en France, où plus de 80% des autistes sont soit chômeurs, soit à des postes très en deçà de leurs compétences réelles. En cause : les difficultés rencontrées dans leurs interactions sociales, qui leur rendent difficiles l’exercice de style que constitue, notamment, l’entretien de recrutement ou les relations de travail avec leurs collègues. Et la tendance des RH à valoriser les « soft skills » ne plaide pas dans le sens de l’intégration des autistes au sein d’un environnement professionnel. Un paradoxe dans un pays où tous les recruteurs disent être à la recherche de « super héros ».

Pourtant, les compétences spécifiques des autistes commencent à être connues. Et pas seulement en tant que phénomènes de foire :

En effet, leurs capacités cognitives hors normes leur permettent d’être performants sur les métiers du « Big Data« , du développement de logiciels ou de la cybersécurité. Des compétences transférables à des métiers actuellement en pénurie de main d’oeuvre, comme les Data Scientist ou les consultants en sécurité des systèmes d’information, malgré l’importance croissante de l’Intelligence Artificielle et les efforts de l’Etat pour financer des formations. Une manne qu’ont déjà identifié des sociétés comme Aspertise, Auticonsult ou Avencod, qui, sur le modèle des ESN, placent chez leurs clients des personnes TSA (trouble du spectre autistique). Et Grenoble Ecole de Management, sous la houlette de Laurence SIRAC, elle même autiste, dispensera, à compter de janvier 2019, une formation au traitement de données numériques, spécifiquement dédiée au autistes Asperger, ceux que l’on appelle « autistes de haut niveau » ou Asperger, du nom d’Hans Asperger (1906-1980), psychiatre autrichien qui les a observé.

Mais si les acteurs économiques, et en particulier les responsables des Ressources Humaines, ignorent l’étendue des compétences que manifestent les autistes, ils sont encore moins nombreux à savoir qu’elles dépassent le simple domaine de l’informatique : en effet, leurs capacités à percevoir les tendances à travers un important volume de données sans structure apparente, à détecter les corrélations et les causalités constituent un atout indéniable, que ce soit dans le cadre d’une étude de marché ou dans la conception et la mise en place d’un dispositif de veille stratégique, voire d’une démarche de conquête de marché. Et si les écoles de commerce et de management devraient s’intéresser à ces personnes qui, parfois, semblent venues d’ailleurs, toutes les formations en Intelligence Economique pourraient bénéficier de leur atouts. Notamment le Mastère Spécialisé « Analyste en Intelligence Stratégique et Economique » de l’EISTI, qui collabore depuis plusieurs années déjà avec Grenoble Ecole de Management, afin d’enrichir ses étudiants avec un double cursus.

L’autiste fait du bien à votre image de marque

Si, donc, l’autiste fait du bien à l’entreprise qui le recrute de par les compétences qu’il met en oeuvre, il exerce également une influence positive non négligeable sur l’image de marque de cette dernière. Notamment depuis que les sites Web des entreprises et leurs rapports annuels sur leurs « performances extra financières » affichent leur responsabilité sociétale (RSE en abrégé) à grand renfort de dialogues sociales, de bilan carbone ou de commerce équitable.

Or, le volet social de la RSE inclut, dans le cadre du recrutement de collaborateurs, la notion de diversité. Levier de performance économique, la diversité repose sur le principe légal de non-discrimination par l’origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l’apparence physique, le patronyme, l’état de santé, le handicap, les caractéristiques génétiques, les mœurs, l’orientation sexuelle, l’âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l’appartenance ou la non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, l’identité sexuelle et le lieu de résidence. Dès lors, Si l’on considère l’autisme comme un handicap, refuser de recruter un autiste du fait de son autisme constitue une violation des dispositions du Code du Travail ou, pour les entreprises signataires, de l’accord OETH. Une violation qui décrédibilise son discours RSE et sa Marque Employeur non seulement auprès des collaborateurs de l’entreprise, qui en sont les premiers ambassadeurs, mais aussi des acteurs extérieurs (clients, fournisseurs, partenaires…) et déteint négativement sur l’image de marque de l’entreprise.

Mais avec le refus de certains autistes d’être qualifiés d’handicapés ou même de malades, et la valorisation de leurs compétences particulières est apparu la notion de neurodiversité. Revendiquant une diversité des cerveaux et du fonctionnement neuro-cognitif de l’esprit humain, les défenseurs de la neurodiversité considèrent l’autisme comme « un état neurologique différent ». Le défi est de taille pour les entreprises : faire cohabiter au sein d’une même structure, l’entreprise, des collaborateurs au fonctionnement neuro-cognitif différent mais poursuivant un même objectif : le développement de l’entreprise. Et peu d’agence de communication sensibilisent leurs clients à cet enjeu. Celles qui s’empareront du sujet acquièreront un avantage concurrentiel.

« Mutant and proud (mutant et fier de l’être) » martèle Mystique tout au long du film « X Men : le commencement ».

« Autist and proud (autiste et fier de l’être) » deviendra t-il un nouveau credo ? Les autistes doivent-ils vivre cachés ou à découvert ? Est-ce au monde du travail de faire une place aux autistes, ou aux autistes de se faire une place dans le monde du travail ? Autant de questions dont les réponses dépendront des acteurs et de leur niveau de conscience. Un fantastique sujet de veille…

Sources

AFP « Macron annonce 340 millions pour le plan autisme« 

Association Francophone de Femmes Autiste « Emma, 33 ans, Asperger : une vie à osciller entre l’adaptation et la fuite« 

Etre autiste, ce n’est pas ce que les autres croient

Béatrice Duka « Vis ma vie d’autiste, comme si tu y étais ! « 

Josef SCHOVANEK casse les idées reçues sur l’autisme

Matthieu LASSAGNE « Les clés pour libérer la valeur ajoutée des talents surdoués et multipotentialistes – de la PME jusqu’à l’échelle Européenne« 

Jérome LICHTIE « L’inclusion des personnes autistes dans la société« 

Le site Web de Hipip’IN

HIPIP’IN« Les profils atypiques: détecter les talents« 

Emmanuelle DAL’SECCO « Microsoft embauche des autistes : une vraie tendance« 

Le site Web d’Aspertise

Le site Web d’Auticonsult

Le site Web d’Avencod

Le site Web de Grenoble Ecole de Management

Patrick CUENOT « Le matching affinitaire : une fausse bonne idée« 

Liliya RESHETNYAK « La bulle Asperger n’est pas immuable« 

AFP « L’Etat va financer « 10.000 formations aux métiers du numérique »

Anne HEDIARD « L’école de commerce de Grenoble ouvre une formation de haut niveau pour autistes Asperger« 

EISTI Mastère Spécialisé « Analyste en Intelligence Stratégique et Economique« 

Site Internet de l’OETH (Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés)

APEC « Recruter dans la diversité, des paroles et des actes « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s