Collecte de données en ligne·insertion professionnelle·Le monde du travail

Egalité des sexes en entreprise : la discrimination positive existe aussi

Je vois régulièrement passer sur LinkedIn cette image en faveur de la bienveillance managériale :

Le manager bienveillant

Et chaque fois que je la vois passer, la même réflexion s’impose à moi : pourquoi la bienveillance managériale serait-elle l’apanage exclusif du sexe féminin ?

Il y a quelque temps, un commentateur m’a fait remarquer que mon intervention n’était ni intéressante, ni positive. Le fait qu’une femme soit représentée comme symbole du management bienveillant ne serait qu’un détail, le fond du sujet étant la mise en place dans « les entreprises d’aujourd’hui et de demain » d’une démarche d’égalité des sexes, premier pas vers la diversité en entreprise, qui constitue, par le biais du bien-être des collaborateurs, l’une des clés de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et, par ricochet, de l’e-réputation et de l’image de marque de l’organisation.

A cette objection, voici ma réponse :

« C’est peut-être un détail pour vous,mais pour moi ça veut dire beaucoup » chantait France GALL dans les années 1980. Si les managers sont des hommes et des femmes, pourquoi ne figurent-ils pas tous deux sur l’illustration ? Ce serait là un message fort en faveur de l’égalité des sexes et de la diversité en entreprise.

Loin d’être stérile, mon commentaire vise à rappeler un biais cognitif mis en lumière par Alice EAGLY & Antonio MLADINIC en 1994, appelé « women are wonderful » (les femmes sont formidables). Ces deux chercheurs ont mis en évidence que femmes et hommes associent davantage de traits positifs aux femmes qu’aux hommes. La même expérience a été renouvelée avec succès par Laurie RUDMAN et GOODWIN en 2004. Ces deux expériences démontrent l’existence, dans nos cultures occidentales, d’une forme de sexisme bienveillant lié au rôle de la femme dans l’éducation des enfants.

Quant à débattre sur le « management bienveillant« , celui ci est révélateur de la culture de l’organisation, de son processus de prise de décisions et de son mode de management, quelle que soit la structure juridique choisie par l’organisation. Et malheureusement pour les deux sexes, toutes les « entreprises d’aujourd’hui et de demain » ne partagent pas les vues de mon contradicteur sur l’égalité des sexes. Pour vous en convaincre et illustrer comment un mode de management peut se détecter à partir de sources accessibles par tous, je vous invite à lire les déboires d’une femme au travail.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le profiling d’une organisation, je les invite à me contacter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s