Rencontres - événements

Hopwork, pour que les freelances ne soient plus jamais seuls

export

En cette soirée du 24 janvier, mes pas me mènent au Café du Commerce, à un jet de pierre du métro Barbès-Rochechouart, pour rencontrer des freelances dans le cadre des rencontres Hopwork, qui se déroulent chaque mois. L’occasion pour le profiler que je suis de sortir de sa tanière et de lever les yeux de son écran pour se mêler à de vrais personnes.

Une rencontre Hopwork commence avec l’accueil et le sourire chaleureux et convivial de Pauline de Turkheim. Cette jeune graphiste assure, tous les mois, l’organisation de ces moments d’échanges entre freelances. Quelques mots échangés avec elle, et me voilà avec une étiquette autocollante indiquant mon prénom et mon métier : « profiling et ciblage comportemental« . Il paraît que, lors de ma dernière venue, j’avais beaucoup insisté sur le ciblage comportemental, me dit Pauline.  Possible…En tout cas, je suis prêt à rencontrer d’autres personnes et à échanger avec elles.

Et cela débute ave. Elsa. Cette jeune femme d’une trentaine d’années, spécialisée dans le marketing en ligne, sait mieux que quiconque que la langue de bois n’amadoue plus le consommateur en quête d’authenticité. Une prise de position qui fait écho avec celle que j’ai prise le matin même. Cette ancienne salariée du groupe Danone sait mieux que quiconque l’importance que revêt la compréhension d’une culture d’entreprise dans une démarche de communication. Du coup, je lui présente mon profil. Pour une personnalité aussi relationnelle qu’elle, mon discours semble faire sens.

Puis, me pas me mènent vers Cyril. Un gaillard qui a du vécu, de la bouteille et qui va directement à l’essentiel. Au moins, avec lui, vous ne perdrez pas votre temps si vous êtes un de ses prospects. Pour un peu, il voudrait un devis sur un coin de table. En tout cas, il a parfaitement fait le lien entre mon activité et la sienne. Un futur client ? Une collaboration fructueuse ? Qui vivra verra…Les rencontres Hopwork servent aussi à cela.

Je termine avec Audrey, qui me parle de ses aquarelles d’animaux, et plus précisément de chiens. Je sais, mieux que personne, tout ce qu’un chien peut dévoiler de la personnalité de son maître. Du coup, le courant passe d’autant plus agréablement qu’un simple coup d’œil me révèle que mon interlocutrice est une relationnelle, qui a besoin de contacts humains pour s’épanouir, d’être reconnue et appréciée pour ce qu’elle est.

Finalement, le lien entre toutes ces rencontres n’aura été ni mon métier, ni celui de toutes ces personnes. Chacun, dans son vécu professionnel, se trouve au contact d’autres personnes, d’autres organisations dont il a besoin de comprendre rapidement ce qu’il peut en retirer. Et faciliter le contact humain et l’échange est ce qui me motive, au delà des termes parfois techniques que je peux employer pour l’exprimer.

Il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte, et mon temps est arrivé à son terme. Un chaleureux au revoir à celle par qui tout est arrivé, et me voilà sur le chemin du retour.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s