Profiling verbal

Ce que révèlent vos conversations en ligne

export

La veille ne passe pas uniquement par la collecte et le traitement de données en ligne. Il est possible d’en apprendre beaucoup sur les gens en les écoutant parler. Le langage n’est pas uniquement une suite de mots. C’est aussi le véhicule de nos émotions, de notre pensée, de notre vécu. Comprendre les mots, c’est accéder au code-source de l’interlocuteur.

C’est ce que fait quotidiennement Marie-France, qui travaille comme conseiller clientèle chez Coeur Hacker, une agence matrimoniale en ligne. Elle sélectionne les profils qui correspondent aux exigences de ses clients. Un premier contact, grâce au service d’une messagerie de type Skype, mis à la disposition des clients par l’agence, précède la rencontre en face à face ou au cours d’une sortie ou d’une activité de groupe.

Elle reçoit le 6 janvier 2016 de Valérie, cliente de l’agence, la copie de l’entretien que celle ci a eu avec Gilles, un autre client dont elle s’occupe, sur la messagerie. Une procédure normale chez Coeur Hacker, qui a été approuvée par les clients lors de la rencontre avec le conseiller. Elle lit le dialogue avec d’autant plus d’attention qu’elle devra ensuite, conformément à la charte de qualité de l’agence, s’entretenir avec ses deux clients grâce à la messagerie mise en place :

VALERIE : Bonjour
GILLES : Bonjour, et bonne année.
VALERIE : Merci
comment allez vous?
GILLES : Bien, et vous ?
VALERIE: ca va
GILLES : Cool…
VALERIE: tu as quel âge
GILLES : 50 ans. Tiens, le ciel nous gratifie d’un rayon de soleil.
VALERIE : Moi j’ai 37 ans
GILLES : Ah, j’avais évalué ton âge entre 35 et 40 ans. Je ne suis pas tombé loin…
VALERIE : Lol tu vis où ?
GILLES : A Paris.
VALERIE : Moi je suis à Le Mans
GILLES : Ah, la ville des 24h et des rillettes.
VALERIE : tu as des enfants ?
GILLES : Non. Mais je vois que tu en as un. Ou une ?
VALERIE : j’ai une petite fille de 4 ans
GILLES : Comment s’appelle t-elle ?
VALERIE : elle se nomme Karine
GILLES : Oh, c’est joli comme prénom.
VALERIE : Merci
GILLES : Sinon, quel métier exerces-tu ? Assistante ? Secrétaire ?
VALERIE : j’étais secrétaire mais après la mort de mon mari j’ai perdu mon boulot et toi
GILLES : Je suis formateur. Tu tiens le coup, pour la petite ?
VALERIE : Oui
GILLES : Je me mets à ta place, cela ne doit pas être facile….
VALERIE : Oui Oui mais avec l’aide de ma camarde je suis là avec ma petite fille
GILLES : Alors je t’envoie plein d’ondes positives pour 2016.
VALERIE : merci. je vais te laissé a plus

Voilà un contact qui restera sans lendemain, mais qui fournit à Marie-France de précieuses indications sur ses deux clients.

Concernant Gilles

C’est quelqu’un qui a suivi des études supérieures, peut-être littéraires, mais qui travaille principalement au contact d’adultes. Le dialogue avec Valérie permet de mieux cerner son mode de vie. Il se nourrit principalement de plat préparés, qu’il fait réchauffer au micro-onde et mange en regardant la télévision ou en discutant sur les forums qu’il fréquente. Il communique par messageries instantanées et achète beaucoup en ligne. Il est d’ailleurs sujet aux achats impulsifs. C’est quelqu’un qui vit à l’improviste, au jour le jour. Il sait aussi rapidement détecter, dans une situation, ce qui ne va pas. Il a parfaitement compris celle dans laquelle se trouve Valérie, mais ne tient pas à la partager. Incidemment, c’est quelqu’un qui préfère se tenir à l’écart des problèmes et éviter les situations difficiles plutôt que de trouver des solutions. Ses choix sont moins fonction de ce qu’il veut obtenir que de ce qu’il veut éviter. Il sait toujours ce qu’il a à perdre, mais moins ce qu’il va trouver. Ce qui laisse supposer qu’il est réticent à la perspective de devoir changer. Il est, dès lors, possible qu’il soit davantage en quête d’une rencontre sans lendemain que d’une relation suivie. A moins que, compte tenu de son profil psychologique, il ne se trouve dans une relation sentimentale qui ne lui convient plus, mais qui lui est difficile à rompre, sauf à trouver une autre partenaire. Si tel est le cas, alors sa compagne peut être une femme autoritaire, ce qui confirmerait un manque de détermination, une tendance à l’auto-dévalorisation ou une personnalité anxieuse. Une donnée à confirmer avec lui, afin de l’orienter vers une démarche plus appropriée…ou vers la sortie s’il s’avère être en couple.

Concernant Valérie

C’est elle qui mène l’entretien et pose les questions. Dès lors, elle se livre moins, ce qui peut se comprendre compte tenu de son vécu. Elle est probablement issue d’un milieu traditionnel, voire conservateur, et modeste. Elle est titulaire d’un diplôme de niveau Bac+2, et n’est pas mancelle, mais plutôt originaire du Nord. Sur le plan financier, elle bénéficie d’une allocation veuvage d’environ 600,00€ par mois en plus de l’ARE.

Sa situation financière précaire et son niveau d’étude, en plus de sa situation monoparentale, compliquent son retour vers une vie en couple. D’abord parce qu’ils ralentissent sa socialisation. En outre, il est possible qu’elle se sente gênée dans sa démarche par la confrontation au bonheur des autres, qui la renvoie à son propre bonheur désormais disparu. Enfin, elle doit en permanence contrôler le flux de ses souvenirs pour ne pas être submergée par l’émotion. Le défi du veuvage consiste à réorganiser progressivement sa vie en lui redéfinissant un nouveau sens. Et, pourquoi pas, en quittant une ville porteuse de souvenirs par trop douloureux ?

Vous aussi, pouvez apprendre le sens caché des mots. Pour cela contactez moi.

2 réflexions au sujet de « Ce que révèlent vos conversations en ligne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s