Rencontres - événements

Search Day 2015 : la veille se cherche

Le 24 septembre 2015 s’est tenu le Search Day, organisé par Veille Magazine, le rendez-vous des professionnels de la veille.

« Suffit-il d’être informé pour comprendre » : tel était le premier sujet de philosophie que j’ai traité alors que je débutais mon année de terminale en 1982. Un sujet qui me revient en tête alors que j’arrive sur les lieux du Search Day 2015, et donc l’actualité, plus de trente ans après, me surprend. J’espère trouver ce jour un début de réponse à cette question.

Au delà de la rencontre et du partage de vue sur le métier, qui est toujours enrichissant, cette journée était l’occasion de faire le point sur les pratiques en matière de veille. De là mon choix de suivre la matinée consacrée aux tendances 2015.

Le Big Data servira de fil rouge à cette matinée. Une notion sur laquelle s’appuieront tous les intervenants pour souligner que, face à la profusion de données qui envahit désormais notre quotidien, la démarche de veille doit désormais moins se conjuguer à partir du verbe savoir que du verbe comprendre. Les moteurs de recommandation, souligne Michel VAJOU, constitueront un outil incontournable d’intelligence collective, aux côtés des logiciels de veille collaborative. Philippe RAFOUJAULT et Thierry PAGEAUD détailleront alors la manière dont DCNS exploite les possibilités offertes par l’un de ces logiciels, Alexandrie. Mais savoir importe moins que comprendre, et s’il ne faut retenir qu’un point de l’exposé de Frédéric DATCHARY (ISCOPE) sur la cartographie de données, c’est bien celui là. Cependant, Mickaël REAULT rappellera à juste titre que les outils ne sont rien sans les humains des deux sexes qui en exploitent les possibilités. D’où l’importance des ateliers proposé par Veille Academy aussi bien en France qu’en Europe (Belgique, Suisse…) ou hors d’Europe (Maroc, Canada…), pour sensibiliser les organisations aux enjeux de la veille.

export

Cette importance de l’humain dans un environnement informationnel qui évolue de plus en plus vite pose la question de l’adaptation des hommes à ces mutations. Question que Marie-Laure Chesne-Seck développera au travers de son expérience professionnelle.

Puisque la veille s’oriente de plus en plus vers la compréhension d’un environnement économique dans lequel une myriade d’acteurs, situés tant hors de l’organisation qu’en son sein, nouent des relations, l’intervention de François JEANNE-BEYLOT sur la Content Intelligence constituait, à mes yeux, la suite logique de la réflexion débutée le matin. Une notion floue que celle de Content Intelligence, qui semble faire doublon avec celle d’Intelligence Economique. A moins qu’elle n’en soit la suite logique ?

C’est dans ce nuage d’interrogations qu’interviennent Alain BERGER (ARDANS), Laurent HASSID (INTELLECO) et Nicolas DUBUC (MICHELIN) pour évoquer leur vision de ce Content Intelligence au sein du groupe MICHELIN, dont la problématique consiste à « créer de la valeur sur l’adhérance des pneumatiques« , comme le souligne Nicolas DUBUC. Soit faire coïncider les évolutions techniques avec les impératifs financiers.

Au travers de ce grossier résumé des intervenants qui se sont succédé au cours de la matinée et du début de l’après midi, deux tendances se dégagent. La première, la reconnaissance des vertus de l’analyse, me réjouit. La seconde, le syndrome de Gröger, me contrarie.

LES VERTUS DE L’ANALYSE

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » écrit François RABELAIS. Les professionnels évoluant dans le monde de la veille comprennent enfin, à travers le Big Data, l’importance d’une démarche d’analyse pour contrer la menace grandissante que représente la surcharge de données. En filigrane, le Knowledge Management qui se propose de transmettre la bonne information à la bonne personne au bon moment en sort grandi. Or, ce Knowledge Management est une phase incontournable de la démarche de veille, puisqu’il participe à l’enrichissement du patrimoine de l’entreprise. Et qu’il s’agisse de la phase d’analyse ou de celle de la diffusion des connaissances, ce sont deux opérations pour lesquelles l’intervention de l’intelligence humaine est incontournable. Et c’est aux hommes (et aux femmes !) que Mickaël REAULT s’adresse, que ce soit au travers de Veille Connect, qui rassemble les professionnels de la veille, ou de Veille Academy, qui vise une population plus profanes. Son propos, simple mais efficace, peut se résumer ainsi : « la veille bien intégrée dans l’entreprise est un vrai outil compétitif« . Ceux qui me suivent sur les médias sociaux connaissent mon intérêt pour le tourisme, la formation, les RH ou la santé. Il s’agit d’abord et avant tout d’un intérêt pour l’humain. Et mon intérêt pour d’autres sujets que je m’apprête à développer, procède du même intérêt pour l’humain. Au risque de me répéter, la veille sert moins à savoir qu’à comprendre. Et aucune machine, ni aucun outil ne remplacera le cerveau humain pour cela. Qui mieux qu’un humain peut comprendre un autre humain ? Le monde de la veille prend donc conscience qu’il ne suffit pas d’être informé pour comprendre. Pour autant, la veille réaliserait-elle le vieux rêve des professionnels de voir « remettre l’homme au coeur de la veille » ? Pas si sûr…

VERS UNE VEILLE D’EPICIERS ?

Car le monde de la veille, en plus de sa fascination pour tout ce qui est outil et technologique, semble désormais atteint d’un nouveau mal : le syndrome de Gröger. Il s’agit d’un biais cognitif qui consiste à faire croire qu’est vrai tout ce qu’un chiffre, une statistique ou un pourcentage précède. Si l’on considère que le casse-tête du ROI de la veille trouble encore les nuits non seulement de pas mal de professionnels, mais aussi de managers, l’émergence de ce syndrome de Gröger constitue l’aggravation d’une pathologie dont souffrent encore trop d’organisations. Pathologie qui trouve sa source dans la surcharge de données, dont le chiffre serait la solution. Or, si un chiffre peut rendre compte d’une situation présente, il ne saurait en déterminer l’évolution, qui ne dépend que de la volonté humaine. Comme le rappelait Saint Thomas d’Aquin, pourtant féru d’astrologie, « astra inclinant sed non rogant« , les astres inclinent, mais n’obligent pas. Une formule pour nous rappeler l’existence de notre libre arbitre. Et pour les sceptiques du paranormal, ce qui vaut pour les astres vaut aussi pour ce que la veille appelle « signaux faibles« . A ce propos, les anglo-saxons parlent de « foreseeing signals« , soit signaux avant-coureur. A cet égard, l’engouement de nos organisations pour les statistiques n’est que le signal indicateur d’une vision court terme. Or, la vision de l’Intelligence Economique, dont la veille n’est qu’un pilier, est une vision à moyen ou long terme.

Par ailleurs, les intervenants qui se sont succédé tout au long de cette journée pour évoquer les différentes facettes de la veille se sont (presque) tous positionné sur une problématique scientifique ou technologique. A croire que seuls les collaborateurs des services R&D pratiquent la veille. Pour intéressante que soit leur vision et leurs pratiques, elles n’en restent pas moins cantonnée à un seul service de l’entreprise. Or, sauf à considérer que les autres services naviguent à vue ou par temps de brouillard, les scientifiques et les techniciens n’ont pas le monopole de la veille. Comme me le rappelait une personne croisée alors que je quittais les lieux la tête pleine : « même les Community Managers font de la veille« .

2 réflexions au sujet de « Search Day 2015 : la veille se cherche »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s