Profiling verbal

Découvrez ces mots qui vous dévoilent

export

« Cette récompense illustre les efforts et l’engagement de chacun des collaborateurs »

Voilà une phrase a priori anodine, qui pourtant est lourde de sens pour celui qui la comprend.

La récompense désigne un avantage patrimonial ou extra patrimonial accordé à une personne pour service rendu. Voilà qui rappelle le fief médiéval : un territoire octroyé par un seigneur à son vassal pour services rendus. Or, on ne récompense pas son égal, mais uniquement son subordonné.

L’emploi d’un tel mot n’est donc pas neutre : il signe une culture d’entreprise fortement hiérarchique, conforme à l’image culturelle que dégage la France : une forte concentration du pouvoir et de multiples échelons hiérarchiques pour mieux inféoder le subalterne à son supérieur. Le réseau routier français articulé autour de la capitale en est le témoin criant. Ce qui n’empêche pas ledit subalterne de dire à son supérieur ce que ce dernier souhaite entendre, quitte à faire le contraire derrière son dos. D’où la réputation d’indiscipline qui poursuit les habitants de l’Hexagone. D’où, également, des rapports sociaux parfois tendus et souvent conflictuels, le sommet regardant avec condescendance une base soucieuse de ne rien concéder de peur de paraître faible. D’où, enfin, un service clientèle fortement lié à un hommage préalable du client à la marque et à ceux qui la commercialisent.

Mais la notion de récompense a son opposé/complémentaire : celui de sanction. Et la main qui récompense punit également. Nous voilà plongé dans un univers autocratique gouverné par un cercle d’élus, issus de la finance ou du marketing, plus rarement des RH. Cette élite interne, qui se reconnaît aux privilèges qui lui ont été octroyés ou qu’elle s’est arrogé, se sent investi d’un pouvoir discrétionnaire sur les autres, qu’elle a pour mission d’encadrer, voire de fliquer. Et cette mission d’encadrement passe par la promotion de certains et la réprimande d’autres, au gré de l’évaluation des performances. Car dans ce monde, tout est arbitraire, et celui qui a été encensé et porté aux nues peut, du jour au lendemain, se retrouver vilipendé et relégué. Pour chacun, le maintien de sa place au sein du groupe est donc un combat permanent. Un peu comme au sein d’une meute de loups.

Dès lors, lorsque le document précise que : « l’entreprise a repensé son organisation en inversant la pyramide hiérarchique traditionnelle », le lecteur de la phrase, au regard de ce qui a été précédemment évoqué, ne peut qu’être sceptique.

Pour en apprendre plus sur le sens et le pouvoir des mots, contactez moi. Car ce qui vaut pour une culture d’entreprise l’est également pour une culture personnelle. Le paternalisme colonial d’Hubert Bonnisseur de la Bathe en est l’hilarante illustration :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s