Profiling verbal

RH : et si vous vous mettiez au « hot reading » ?

Vos mots vous dévoilent. Ceux qui ont lu mes précédents billets le savent désormais.

Et les mots se trouvent partout sur Internet : sites Web, mais aussi médias sociaux, qu’ils soient personnels ou professionnels. Tout ce qui reste à faire relève du hot reading. Et la connaissance des outils et des méthodologies de la veille stratégique sont applicables à cette discipline, que l’on appelle aussi parfois doxing.

Discipline familière autant aux candidats à un poste qu’au responsable des Ressources Humaines chargés d’évaluer leur compétences professionnelles.

A titre d’exemple, j’ai choisi ce profil, trouvé sur LinkedIn.

Je tiens à préciser que je ne suis pas un professionnel du secteur concerné. Tout comme la plupart des recruteurs, dont le métier est d’évaluer l’adéquation d’un candidat à un poste à pouvoir au sein d’une organisation, et qui ignorent souvent les aspects opérationnels du métier.

Pour réaliser une étude complète, j’aurais dû me livrer à un profilage de l’organisation formatrice et de l’organisation recruteuse. Mais, dans le cadre d’un billet déjà dense, j’ai préféré faire court.

L’appellation métier retient tout de suite l’attention. Une appellation anglophone, qui semble laisser entendre que le métier peut s’exercer hors de France. Déduction confirmée par cette offre d’emploi, rédigée en anglais. Mais une appellation qui masque une autre réalité : la plupart des profils sont féminins. Ce qui s’explique par la formation initiale exigée, qui, elle même, compte peu d’hommes.

Un profil à bout de souffle

Concernant le profil examiné, force est de constater qu’il énumère des missions à accomplir, plus qu’il ne relate les réalisations de la candidate. Celle ci est-elle peu investie dans son travail ? Est-elle freinée par sa hiérarchie ? Souffre t-elle d’un manque de reconnaissance ? De la lassitude d’un travail qu’elle trouve routinier ? A moins qu’il ne s’agisse d’un travail alimentaire ou transitoire. Selon la littérature professionnelle disponible, le métier serait en forte expansion. Une indication à prendre toutefois avec prudence, puisque la date de rédaction du document n’est pas indiqué. Un profil plus narratif est disponible, qui tend à montrer que la reconnaissance des qualités professionnelles d’une personne la rend plus confiante, donc plus disserte sur ses réalisations.

L’examen du profil est riche d’informations en dépit de sa concision.

  1. Concernant la formation initiale de la candidate, il s’agit d’une formation technique, axée sur l’acquisition d’un savoir-faire, applicable notamment dans les spas. Ce qui explique son orientation professionnelle après l’obtention de son diplôme. La logique des choix de la candidate se dessine donc avec clarté.
  2. Concernant son expérience professionnelle, deux indications retiennent l’attention du lecteur :
  • La référence explicite fréquente à l’aspect commercial : « Relations commerciales« , « choix marques et prestations à commercialiser« , « Commercialisation du spa« , « soutien au dév. commercial« .
  • Les références implicites connexes à l’aspect commercial : elles résultent de la présence des mots relations, négociation, marketing, communication.

Cette référence surprend, dans la mesure où le métier de la candidate semble plutôt être un métier d’encadrement. Cet autre profil, également trouvé sur Linkedin, ainsi que l’offre d’emploi, en serait la confirmation.

Un virage à négocier

Cet examen sommaire débouche sur deux séries de conclusions :

  1. Dans le cadre d’une démarche de recrutement, la candidate serait donc une personne en phase de reconversion professionnelle, dont les compétences commerciales devront faire l’objet d’une évaluation par le Responsable RH et/ou un opérationnel au sein de l’entreprise. Par ailleurs, le recruteur ne manquera pas de sonder la candidate sur les raisons qui l’ont poussé vers ce secteur d’activité, ainsi que celles qui l’amènent à modifier son orientation professionnelle.
  2. Dans le cadre d’une démarche de conseil en insertion professionnelle, rien n’interdit de penser que la rédaction  de ce profil est un appel du pied : la candidate vise t-elle des fonctions moins administratives et plus commerciales ? Ressent-elle un besoin non formulé car inconscient en formation complémentaire? En tout état de cause, un bilan de compétences pourra lui être suggéré. La démarche l’aidera à produire un profil plus centré sur ses réalisations, qui estompera cette impression de lassitude propre à démotiver les lecteurs de son parcours.

Et souvenez vous : vos mots révèlent votre pensée, quel que soit le sujet que vous abordez et l’angle sous lequel vous le traitez. Quand Michel Edouard Leclerc nous parle de hard rock, il ne nous parle que de lui.

Voilà une partie de ce que j’enseigne.

Une réflexion au sujet de « RH : et si vous vous mettiez au « hot reading » ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s