Collecte de données en ligne

Tout le monde me pratique, mais personne ne parle de moi : qui suis-je ?

eau

La faille de l’Intelligence Economique existe : c’est la communication.

J’en ai récemment eu la preuve criante. Vendredi dernier, je suis allé expliquer en anglais à des étudiants en marketing ce qu’est l’Intelligence Economique, et comment elle se met en place au sein des organisations.

Le principal écueil auquel se heurte l’enseignant en  Intelligence Economique vient de la réputation de la matière : abstraite, théorique et, surtout, terriblement éloignée des réalités économiques. Tout ce que le marketing n’est pas. Et un paradoxe pour une matière qui se veut économique. Comme quoi tout le monde ne croit pas – ou plus – ce qui est écrit sur les étiquettes.

Mon principal objectif, pour accrocher les étudiants à la matière dès le départ, a consisté à rechercher des exemples concrets, de préférence tirés de leur environnement.

Les premiers outils qui me tombe sous la main sont ceux que l’administration de l’établissement d’enseignement me transmet : l’emploi du temps des étudiants et la liste d’émargement.

Sur le premier document, trois matières attirent mon attention : « Comportement du consommateur« , « Communication et marketing » et « gestion du projet marketing« . Trois matières qui leur auront été dispensées. Mais surtout, trois matières directement liées à l’Intelligence Economique : les deux premières sont liées à ce qu’en Intelligence Economique, on appelle l’influence. D’ailleurs, toute communication a pour fonction d’influencer celui à qui elle s’adresse. L’expression « communication d’influence » est donc un pléonasme. Quant à la gestion de projet, qu’elle soit marketing ou autre, elle entre dans le cadre de l’Intelligence Economique. L’Intelligence Economique intègre une logique de projet, puisque sa vocation est d’aborder les réalités complexes de manière globale et de piloter de manière cohérente la multiplicité de ses implications.

Le second est une liste de noms. C’est ce que l’on appelle, en Intelligence Economique, une donnée. Seule, elle ne m’indique guère que l’identité de l’étudiant, son sexe et son dernier diplôme. Par contre, passée à la moulinette Google (amplement suffisante pour ce que je recherche et le temps dont je dispose), elle me donne accès aux profils Viadeo et LinkedIn de ceux qui en ont rempli. Et là se trouvent leurs expériences professionnelles.

On ne soulignera jamais assez la somme d’informations que ce type de profil fournit à qui se donne la peine de l’analyser. Passé au crible d’une grille de lecture « IE« , il révèle que, sous une forme ou sous une autre, ces chères têtes blondes ont, à un moment ou à un autre, exécuté des missions impliquant une démarche d’Intelligence Economique : rédaction de communiqués de presse (influence), création de fichiers clients (Knowledge Management), suivi des retombées presse après un événement (Veille)…

Et pourtant, lorsqu’ils sont interrogés sur leur pratique de l’Intelligence Economique, 100% des étudiants affirment n’en n’avoir jamais fait. Et pour une raison simple : personne ne leur a dit que s’en était. Ni leurs précédents enseignants, ni les entreprises dans lesquelles ils ont séjourné. Tout se passe comme si chacun, dans son coin, faisait de l’Intelligence Economique comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir.

Les étudiants exposés à l’Intelligence Economique le matin enchaîneront l’après midi avec un cours de « Formation à la recherche documentaire« . Un des piliers de la Veille. « La plus grande imposture du Diable a été de faire croire qu’il n’existe pas » déclare Roger « Verbal » Kint dans « Usual Suspects« . Et la plus grande imposture autour de l’Intelligence Economique est d’ignorer son existence, alors même qu’elle se trouve partout.

3 réflexions au sujet de « Tout le monde me pratique, mais personne ne parle de moi : qui suis-je ? »

  1. Bonjour,
    Confronté à la même problématique, cet article me conforte dans une approche pragmatique de l’intelligence économique à partir d’exemples concrets, tirés du contexte de ceux à qui nous nous adressons : étudiants, associations, collectivités, et surtout PME.
    Expert Comptable, ce n’est que récemment que j’ai pris conscience de la similitude entre la démarche d’expertise comptable et celle d’intelligence économique.
    Il m’est donc plus facile maintenant d’en parler à mes clients PME, et de les accompagner dans une mise en oeuvre propre à leur développement, ainsi qu’à une sécurisation propice à leur pérennité.
    Mais que de temps, et d’opportunités, perdus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s