Analyse de données

Découvrez un argument fallacieux : la technique de la valeur minorée

water splashing from ice cubes being dropped in a glass.

Faire de la veille, c’est aussi discuter avec les gens, même en restant sur le Web.

Hier, j’ai entendu une personne soulever l’objection suivante : la compétence d’un professionnel de la veille se mesure au regard de sa curiosité, son esprit d’analyse, etc. Dès lors, le critère déterminant pour sélectionner un collaborateur sur ce type de poste repose moins sur son bagage cognitif que sur ses qualités personnelles. De ce fait, cette personne a émis l’opinion que les formations en Intelligence Economique n’apportent pas aux futurs diplômés une valeur ajoutée significative lorsqu’ils arrivent sur le marché français du travail.

L’argument m’a fait sourire. Non pas parce que je suis formateur, et que je pourrais défendre ma chapelle bec et ongles. Mais parce qu’il fournit au pédagogue que je suis un bel exemple de sophisme fondé sur un faux dilemme, que j’ai évoqué dans un autre billet. Et l’occasion de souligner qu’influence et manipulation vivent souvent côte à côte.

En outre, mon expérience des entretiens de recrutement m’a permis de mettre à jour une technique argumentative récurrente chez les professionnels du recrutement : la technique de la valeur minorée. L’articulation en est simple : le recruteur réduit le poste à une liste de qualités personnelles exigées du collaborateur, le savoir-être, en langage RH, en ignorant, voire en dévalorisant, les acquis provenant des études, le savoir. Grâce à cette technique, lorsque la délicate question de la rémunération est abordée, le recruteur bénéficiera d’un argument pour imposer au futur collaborateur un salaire minimum. Et une personne que j’ai croisé, qui recrutait des téléacteurs de langue maternelle étrangère allait même jusqu’à leur dire : « vous ne pouvez pas être payé pour quelque chose que vous faites tous les jours« . Et ses interlocuteurs se rangeaient à son argument.

Un tel procédé fournit toutefois au candidat une confirmation verbale sur la vision par l’entreprise de son environnement économique qu’il aura préalablement détecté à l’examen du site Internet tel que je l’enseigne. Au point qu’il sera amusé par une réaction qu’il pourra même trouver parodique et caricaturale. Celui qui dévalorise reste attaché à la notion de valeur, c’est à dire de choses qui se pèsent, se comptent ou se mesurent. Dans une telle organisation, qu’elle soit ou non à but lucratif, tout tourne autour de l’argent. Celui que l’on gagne, mais aussi et surtout celui que l’on dépense. Il est même possible que le dirigeant sorte d’une école de management, et se félicite devant vous du faible taux d’endettement de son entreprise. Le Directeur financier et/ou les actionnaires font probablement la pluie et le beau temps. Les clients et les collaborateurs sont considérés comme des vaches à lait condamnés à la rentabilité maximum. Dans un tel contexte, la notion d’opportunité se substitue à celle d’innovation. On achète, on vend, on épargne, on paye, on séduit, on trompe ou on exploite, et ce à court terme. Avis aux amateurs…

Incidemment, les utilisateurs du sophisme du faux dilemme révèlent, dans leur comportement, la prédominance des conduites antagonistes. Leur propos sont truffés d’ambiguïté, de double sens, d’équivoque. Ils peuvent disposer d’un solide sens de la répartie, être très moqueur tout en ayant développé un certain laconisme. C’est la parole en état de guerre. Méfiants et sceptiques par nature, ils sélectionnent avec soin leurs alliés. Soucieux de se maintenir en équilibre, ils sont capables, tout comme l’opportuniste chanté par Jacques Dutronc, de contester ou de fraterniser, au gré des circonstances.

Confronté à la technique de la valeur minorée, le candidat reçu doit garder présent à l’esprit que, compte tenu du nombre de candidatures reçues quotidiennement par un recruteur, l’entretien en face-à-face sollicité par ce dernier trahit son intérêt pour le profil. Il convient également de rappeler à cet interlocuteur trop gourmand que le contenu ne saurait être dissocié du contenant : pour quelqu’un d’assoiffé, un verre vide a aussi peu d’intérêt que de l’eau répandue à ses pieds. Les deux sont donc nécessaires : le verre est le savoir, qui sert de socle à l’expression des qualités qui composent le savoir-être. De ce fait, les deux revêtent une égale valeur.

Pour rappel, l’entretien de recrutement est une double démarche d’influence. Pour le recruteur, il s’agit de montrer au candidat tout ce dont il bénéficiera en venant dans l’entreprise et qu’un concurrent ne lui fournira pas. Pour le candidat, il s’agit de dévoiler au recruteur une vision des opportunités que l’entreprise pourra saisir grâce à ses compétences.

Une réflexion au sujet de « Découvrez un argument fallacieux : la technique de la valeur minorée »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s