Profiling non verbal

Profils psychologiques et médias sociaux

discours

Facebook, Viadeo, LinkedIn, Twitter…La liste des médias sociaux, si elle devait être exhaustive, pourrait faire l’objet d’un billet de blog spécifique. J’ai pourtant découvert hier un nouveau média social différent : Bobler.

Bobler se présente comme « le média social vocal« . Cela signifie qu’au lieu d’écrire votre message, vous l’enregistrez. Et vos lecteurs deviennent des auditeurs.

L’intérêt de ce nouvel outil de communication et d’influence réside dans la prééminence de la voix humaine. Une démarche que Bobler partage avec Widoobiz, bien que le positionnement des deux outils soit différent.

Les autres réseaux sociaux se divisent en deux camps : lus ou vus.

Les réseaux sociaux lus sont, comme leur nom l’indique, ceux sur lesquels la communication repose sur l’écrit. Si ce support de communication favorise la prise de distance et la réflexion, il pèche par une carence en messages émotionnels. Même lorsqu’il est utilisé pour émettre des slogans, s’extasier sur le merveilleux  ou dénoncer l’intolérable, l’écrit le plus percutant reste froid, lisse, parfois abstrait, souvent désincarné. Support d’analyse, il s’adresse avant tout à l’esprit, à l’intelligence. Il ne touche pas, il parle. Seule une mise en scène visuelle lui donne vie.

Les réseaux sociaux vus se divisent en deux catégories : les statiques et les dynamiques.

Les statiques incluent les images fixes (graphiques, photos, plans, dessins…) qui accompagnent parfois les textes écrits. Si ces images donnent de la vie au discours écrit, en illustrant le propos grâce notamment à la couleur ou à la présence humaine, elles trahissent, par leur immobilité, une conception hiérarchique de la communication.

Les dynamiques s’appuient principalement sur la vidéo pour véhiculer un message. Or, la vidéo est un fort porteur d’émotion. Une vidéo bien faite donne au spectateur l’impression que le message lui est destiné personnellement. Et comme un exemple vaut mieux qu’un long discours, voici une illustration du pouvoir de la vidéo (merci Michelle, THE Video Queen) :

Cependant, l’être humain, dans sa quête d’information, privilégie un canal de perception. C’est ce que développe la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) sous l’acronyme VAKOG : visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif. Or, si l’écrit convient parfaitement aux auditifs et l’image fixe ou animée aux visuels, il manquait jusqu’alors une communication Internet adaptée aux kinesthésiques, qui devait se raccrocher à la vidéo dont le message visuel ne leur parlait pas. Un point qu’ils partagent d’ailleurs avec les auditifs. La voix est un mode de communication qui, s’il satisfait les auditifs, fournira aux kinesthésiques l’émotion qu’ils recherchent et que véhicule la voix pour mieux adhérer aux messages.

« Les mots manquent aux émotions » disait en 1829 le condamné à mort sous la plume de Victor Hugo. Avec la voix, l’émotion et la parole apprennent à cohabiter sur Internet.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s