Collecte de données en ligne

C’est l’information qui doit se mettre à la portée des acteurs, et non l’inverse

eau

Je vous transcris ici la traduction d’un article qui a retenu mon attention. Vous trouverez la version originale ici.

Que peuvent apprendre les professionnels de l’Intelligence Economique de la Coupe du Monde 2014

Gooooooaaaaaaaaaaal!

Est-ce moi ou tout le monde travaille sous une fièvre de la Coupe du Monde? Depuis début Juin, l’ équipe clearCi représentant Israël, l’Afrique du Sud, Porto Rico, le Japon, le Pérou, le Venezuela, la Colombie et les États-Unis a suivi de près la Coupe du monde avec ce qui semble être le reste du monde.

Un peu d’histoire de la participation des États-Unis dans la Coupe du Monde:

Bien que la Coupe du monde ait été inaugurée en 1930 , elle n’a été diffusé à la télévision américaine qu’à partir de 1990 . Cependant, le véritable tournant dans la création d’un marché américain pour le football quand les États-Unis a accueilli la Coupe du Monde 1994 dans neuf de ses villes. Qui a ouvert le bal!

Aujourd’hui, il est juste de dire que les États-Unis sont une nation de football, en témoigne une augmentation marquée de l’audience (18,2 millions de personnes aux États-Unis regardé me match USA/Portugal). Sport Media Watch confirme que ce nombre est supérieur à n’importe quel finale de la NBA cette année.

Comme de grands fans de football, l’équipe de ClearCi venu avec quelques choses que les professionnels de l’Intelligence Economique peuvent apprendre en regardant les matches de la Coupe du Monde 2014, puisque les équipes de la Coupe du Monde et des équipes d’Intelligence Economique semblent avoir beaucoup en commun :

Le petit Poucet peut être un champion!

S’il y a une chose que la Coupe du Monde 2014 nous a appris, c’est que les outsiders peuvent être des étoiles montantes. Demandez donc à l’Espagne, championne du Monde en 2010, qui a été envoyé à la maison par le Chili, un outsider, par une victoire de 2-0. Et tout comme le Chili, d’autres équipes outsider dont le Mexique, la Colombie, le Costa Rica et des États-Unis ont été en mesure de concurrencer agressivement de précédents champions du Monde.

Chaque entreprise a le potentiel pour être un leader. Apple n’a pas toujours été un chef de file, par exemple. Et de toute évidence, Microsoft est à la traîne maintenant, après de nombreuses années dans une position de leadership. Cela dépend de la façon dont les gens travaillent ensemble, y compris les équipes d’Intelligence Economique. Connaître la façon de soutenir les cadres supérieurs et tout mettre en œuvre pour répondre aux questions difficiles peut aider n’importe quelle organisation à utiliser l’information pour battre ses concurrents. Les professionnels de l’Intelligence Economique jouent un rôle important pour aider leur organisation à accéder à la finale. Ils ont le pouvoir de piloter la prise de décisions déterminantes et la réflexion stratégique afin que les dirigeants anticipent les mouvements des concurrents et prennent ces mesures audacieuses qui déchainent les foules.

Le regroupement de talents n’est pas synonyme d’équipe superstar

Les Pays-Bas ont toujours été considéré comme l’une des meilleures équipes nationales en Coupe du monde, grâce à leur statut de finaliste lors de la Coupe du Monde de 1974 contre l’Allemagne de l’Ouest, de 1986 contre l’Argentine, et plus récemment de 2010 contre Espagne. L’équipe connue pour ses maillots orange a de grands joueurs comme Van Basten, Cruyff, Bergkamp et Robben, et pourtant ils n’ont jamais gagné une Coupe du monde.

Tout simplement parce que regrouper les meilleurs talents ne signifie pas que vous allez accéder à  la célébrité. Les leaders du marché se concentrent sur ​​la sélection des bonnes personnes pour jouer à différents postes au sein de l’équipe. Il s’agit de créer une synergie pour obtenir une performance optimale. Les experts de l’Intelligence Economique peuvent également aider à renforcer les équipes stratégiques afin d’améliorer leurs chances de succès. Il est alors essentiel pour ces professionnels de l’Intelligence Economique de collaborer avec leur équipe pour soutenir le top management ou les managers des différents services. Cela passe par des pratiques aussi simple que d’encourager l’innovation, l’ouverture et le partage de l’information. Les équipes de stars peuvent utiliser des logiciels de veille pour diffuser des données stratégiques à d’autres membres de leur équipe, tout en empêchant tout le monde de laisser tomber la balle.

Jouer franc-jeu, ou vous perdrez !

Des gens aiment les défis en tête-à-tête. Ils aiment les regarder et y participer comme le font les clients. Pourtant, le succès dans ce domaine ne vient qu’en jouant franc-jeu, en évitant les deux cartons jaunes ou le rouge, que peut obtenir n’importe quel joueur au cours de la partie. Lorsque l’uruguayen Luis Suarez a mordu le joueur italien Giorgio Chiellini, la FIFA n’a pas eu d’autre choix que de lui en faire assumer les conséquences. La concurrence déloyale non seulement élimine des joueurs, mais leur fait perdre l’estime des autres acteurs du jeu.

Comme au football, les organisations doivent se concurrencer de manière respectueuse et éviter de s’engager dans des pratiques contraires à l’éthique. Il existe différentes technologies en Intelligence Economique, qui recueillent systématiquement et dans le respect de l’éthique des informations que les professionnels de l’intelligence économique analysent. La Society of Competitive Intelligence Professionals (SCIP) (NdT : l’équivalent américain de la FePIE) a également mis en place un code de déontologie auquel ses membres doivent se conformer, qui inclut la collecte d’informations par des moyens légaux et éthiques.

Le football et l’Intelligence Economique ont donc plus en commun que ce que nous attendions tous. Aussi difficile que cela ait été de voir l’équipe US quitter la Coupe du Monde mardi, les États-Unis doivent garder la tête haute. De même, lorsque les entreprises subissent un revers, les équipes d’Intelligence Economique doivent demeurer proactives et garder confiance quant à leurs possibilités de gagner la prochaine saison.

La traduction de cet article est un travail personnel. Je ne prétends pas rivaliser avec les professionnels de la traduction.

Pourquoi un tel exercice ?

Parce que la phase de diffusion de l’information, qui fait partie intégrante de la démarche de veille stratégique, elle même pilier de l’Intelligence Economique, impose, au préalable, que cette information soit accessible à ceux à qui elle est destinée. Et une telle accessibilité passe parfois par une phase de rédaction dans la langue du lecteur.

Et même si je considère que le professionnel de l’Intelligence Economique, évoluant dans un environnement mondial, ne peut plus se permettre d’ignorer la langue anglaise comme le firent ses prédécesseurs, il doit cependant garder à l’esprit que c’est l’information qui doit se mettre à la portée des acteurs, et non l’inverse.

Une réflexion au sujet de « C’est l’information qui doit se mettre à la portée des acteurs, et non l’inverse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s