Profiling non verbal

Un chargé de Veille décortique votre site Web (3)

Nous avons vu, dans les deux précédents billets, combien le contenu rédactionnel d’un site Internet fournissait d’informations sur l’entreprise.

Cependant, ce coup de projecteur sur le fond ne doit pas faire oublier l’importance de la forme, elle aussi porteuse de sens pour qui sait l’interpréter.

L’exemple qui suit le démontrera sans peine. Il s’agit du site Web du COFRAC.

Association à but non lucratif, le COFRAC a été créé en 1994 par la réunion du RNE (Réseau National d’Essai) et du BNM (Bureau National de Métrologie). Instance nationale d’accréditation, le COFRAC assure la délivrance des accréditations aux organismes de certification, aux organismes d’inspection et aux laboratoires d’étalonnage, d’essais et d’analyses, selon un processus bien identifié.

Un site Web froid et fonctionnel

La dominante bleue caractérise un univers orienté vers le technique et le technologique. Elle suscite une impression d’autorité, d’expertise et de sobriété, qui peut néanmoins déranger par son austérité et sa froideur, laissant paraître une impression de dirigisme.

Les titre en Helvetica caractérisent une organisation qui revendique une légitimité (tout comme la Comédie Française sur le théâtre, le Parti Socialiste, plus ancien parti politique en France ou Pronuptia, défendeur du mariage comme institution intemporelle, également utilisateurs de cette police de caractère), tandis que les textes en Verdana révèlent une organisation qui se veut à l’écoute de son environnement (le CDU, parti chrétien-démocrate allemand, et la CCIP utilisent cette police). La traduction du site en langue anglaise révèle un contact avec des partenaires non francophones, et une volonté d’accessibilité à distance par la communauté internationale. Cette volonté est confirmée par un accès proposé par catégorie de visiteurs sur la gauche du site et les coordonnées téléphoniques ainsi que les adresses email des dirigeants disponibles. Mais l’absence de menu déroulant, de carrousel (images défilantes) ou de « roll over » (objet B qui s’affiche au passage de la souris sur un objet A. Exemple : une bulle) trahit une carence de convivialité, et l’absence de géolocalisation (notamment par un plan Google Map) un contact qui reste avant tout immatériel.

Un discours certes didactique mais distant, abstrait et désincarné

Hormis quelques symboles picturaux, le discours est entièrement textuel, induisant une prise de distance avec l’interlocuteur. Les intitulés des paragraphes se détachent peu, donnant à l’ensemble une impression de bloc textuel. En outre, le discours plus informatif qu’incitatif s’adresse surtout à des spécialistes et des professionnels. L’absence de vidéo, de photo, de biographie des dirigeants accroissent la monotonie de la lecture et relègue l’humain au second plan. Sur le logo, traditionnellement situé en haut et à gauche, le nom de l’entreprise apparaît de manière lisible, signe d’une notoriété restreinte (comparez avec Orange, opérateur téléphonique historique malgré son changement de nom, ou la FNAC).

De ce premier examen du site Internet, il est aisé de conclure que la communication du COFRAC mettra en avant la qualité de la prestation de service, reposant sur une organisation sans faille. L’étude de la sémantique du discours confirme cette tendance. Voilà qui prouve, en tout cas, que la forme et le fond sont étroitement liés dans une communication d’entreprise, et qu’aucun des deux ne prend le pas sur l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s