Analyse de données

Un chargé de veille dans la nuit de la Veille

J’ai lu avec intérêt le billet de Frédéric Martinet intitulé « Intelligence économique et veille : avenir et devenir», qui aurait pu être sous-titrée « lever de soleil sur la Veille ». J’ai apprécié la tonalité générale résolument optimiste, qui transpire de la passion qui nous anime tous lorsqu’est évoqué ce métier.

Pourtant, et sans vouloir remettre en cause la pertinence des remarques formulées, auxquelles j’adhère, j’aimerais soumettre ce qui, dans une démarche dialectique, pourrait être qualifié d’antithèse, sous-titrée « la nuit de la Veille ». Car malgré les signaux encourageant soulignés, des blocages restent vivaces et ne doivent pas être sous-estimés.

1) Une veille attachée à créer de la valeur…mais pas pour tout le monde

La principale caractéristique de la veille anglo-saxonne, qui manquerait à la veille française, serait un clivage entre Business Analyst et  Informations Researchers. Pour mémoire, rappelons que le Business Analyst est celui qui sert d’interface entre l’aspect « business » et « technologie ». C’est une définition qui se retrouve également dans certaines offres de postes outre-Manche.

Or, en dehors de certaines offres d’emploi à caractère exceptionnelles, le poste d’Information Researcher n’existe pas plus en Angleterre qu’en France. Nos voisins anglais lui préfèrent celui de Research Analyst, qui inclut la compréhension du besoin du client, la collecte de données et son analyse. Le clivage entre Business Analyst et  Research Analyst, qui apparaît comme  le cousin anglais du chargé de veille, ne serait donc pas si marqué que cela sur le marché de l’emploi anglais. On note au passage une connotation marketing de la veille chez nos amis anglais, mais que l’on retrouve également sur le territoire français.

Sauf qu’en franchissant la Manche, l’offre d’emploi anglaise est devenue, en France, une offre de stage exécutée par une personne que l’entreprise rémunèrera 420€ par mois, si le stage dure plus de deux mois et si l’entreprise est honnête, pour réaliser des travaux que l’entreprise facturera à son client bien plus cher.

Dans ces conditions, il est peu probable que les entreprises françaises soient désireuses de laisser quiconque tuer cette poule aux œufs d’or. Et si quelque intervention politique ou judiciaire venait menacer le fonctionnement de cette belle machine, rien n’interdira alors à nos entrepreneurs français de délocaliser la prestation en Europe ou en dehors…ou de laisser entendre qu’elles pourraient le faire afin de remporter le bras de fer. Les chirurgiens ont déjà recouru à cette menace.

2) Une veille financée…mais pas par l’entreprise

Si la veille est créatrice de valeurs, elle ne doit pour autant pas devenir consommatrice de ressources financières ou humaines. Car, c’est bien connu, faire de la veille coûte cher, prend un temps fou, ne rapport rien à l’entreprise et ne concerne que ceux qui sont sur Internet, c’est-à-dire majoritairement les grands noms du CAC 40. Et 97% des entreprises françaises sont des TPE de moins de 20 salariés, dont les difficultés économiques ont dégradé la rentabilité en 2010 au point de les amener à baisser leur effectif. Pas question, dans ces conditions, d’engager des fonds dans une activité de veille.

En outre, une dynamique de groupe préside à cette timidité financière. Pourquoi s’encombrer de solutions onéreuses à l’achat et complexes à faire fonctionner si les concurrents n’en disposent pas ? Pourquoi faire de la veille alors que personne n’en fait ? S’il est exact qu’un Paris-Dakar ne se gagne pas juché sur un vélo ou au volant d’une DS quand d’autres concurrents disposent de bolides plus perfectionnés et performants, le cycliste conserve toutes ses chances si tous ses concurrents sont à vélo.

On comprend alors mieux pourquoi Bercy a tenu à rappeler qu’en matière de veille et d’Intelligence Economique, « le rôle de l’État n’est pas d’agir à la place des entreprises ou des banquiers ». Mais comment faire boire un âne qui n’ a pas soif ? Il ne reste, dès lors, au Délégué Interministériel à l’Intelligence Economique d’autre option que de diffuser la matière auprès des étudiants du deuxième cycle d’études supérieures afin de la faire entrer dans l’entreprise par la petite porte.

Même par ce biais, les perspectives de réussite ne sont pas assurées. D’une mission dont l’exécution repose sur un savoir, un savoir-faire et un savoir-être propre, la veille va progressivement se trouver reléguée au rang de tâche obscure, ingrate et chronophage dont la bonne exécution dépendra de la prise de conscience du dirigeant et de la sensibilité des exécutants à l’initiation qui leur aura été dispensée. De plus, l’intégration de ces jeunes diplômés aux effectifs de l’entreprise reposera sur l’optimisme ou la morosité ambiante des dirigeants d’entreprises aux aléas de l’économie et au besoin en ressources humaines.

3)      Une veille ravivée :  dernier sursaut d’un moribond ?

Certes, des signaux montrent qu’un mouvement s’initie ou est en cours au sein de la discipline. Il serait intellectuellement malhonnête de l’ignorer. Et peut-être faudra t-il donner du temps au temps…

…sauf que la jeune génération, si elle ne s’en laisse plus conter, n’en reste pas moins devant ce mur que leur oppose les entreprises, et qui leur interdit l’entrée dans le monde du travail, sauf à renoncer à invoquer le bénéfice des formations suivies et des diplômes acquis, à s’orienter vers les institutions publiques, les agences de communication ou tenter l’aventure de la création d’entreprise. A moins que ces jeunes diplômés en veille, avides de reconnaissance, las d’attendre que la citrouille se change en carrosse, et excédés par un milieu entrepreneurial français qui, sous prétexte qu’il navigue en pleine tempête, se borne à faire du cabotage et à gérer l’existant en attendant la prochaine crise, ne se laissent attirer par les sirènes de l’expatriation hors de France ou d’Europe…générant ainsi une vraie problématique de protection du patrimoine immatériel au niveau national, celui du savoir-faire.

Conclusion : « il faut cultiver notre jardin »

D’aucuns pourra trouver le ton de cette analyse exagérément pessimiste au regard de la situation actuelle. Il ne s’agit pas tant pour les professionnels de la veille de se répandre en lamentations stériles sur leur situation actuelle ou d’espérer l’avènement en France d’un quelconque Eldorado de la veille, que de travailler de l’intérieur, chacun à son niveau, à trouver des solutions aux difficultés rencontrés. Ces solutions n’existent pas en soi, mais seront élaborés par chacun au cas par cas en fonction de son histoire, de sa situation et de ses aspirations.

Bibliographie

Définition du Business Analyst

http://www.theiiba.org/AM/Template.cfm?Section=Becoming_a_BA&Template=/CM/HTMLDisplay.cfm&ContentID=4377 )

Offre d’emploi de Business Analyst en Ecosse

http://careers.peopleclick.com/careerscp/client_capita/external/jobDetails.do?functionName=getJobDetail&jobPostId=44449&localeCode=en-us

Offre d’emploi pour un poste d’ Information Researcher

https://ihs.taleo.net/careersection/2/jobdetail.ftl?job=46420&src=JB-10100

Offre d’emploi de Research Analyst

https://careers.gartner.com/OA_HTML/OA.jsp?OAFunc=IRC_VIS_VAC_DISPLAY&p_svid=14965&p_spid=1894011

Offre de stage de chargé de Veille

http://www.amplement.fr/offre/job/emploi/stagiaire-e-veille-e-reputation/paris-75/35822/

La rémunération du stage

http://www.mediaetudiant.fr/vie-etudiante/salaire-stage-reglementation-3252.php

La location d’étudiants : la voie ouverte au travail jetable

http://www.france-info.com/chroniques-initiative-france-info-2011-02-15-la-location-d-etudiants-la-voie-ouverte-au-travail-jetable-515744-81-482.html

Le jour où les stagiaires feront grève

http://twitter.com/FibreTigre/status/50839079725694976

Offre d’emploi : chargé de veille informationnelle au Maroc

http://www.embauche.com/details_offre_d_emploi/bureau-d-etude-cao-dessinateur-projeteur-77/charge-e-de-veille-informationnelle-830341#

3000 chirurgiens menacent de quitter la France

http://www.uspo.fr/spip.php?article361

7 bonnes raisons pour ne pas faire de la veille

http://blog.corporama.com/7-bonnes-raisons-pour-ne-pas-faire-de-veille/

Le poids des TPE

http://www.ifop.fr/media/poll/1219-1-study_file.pdf

Baromètre des TPE et PME réalisé le 27 mai 2010

http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/67F1794A925A487EBF79B3EF17E72B7A.aspx

62% des TPE françaises absentes du Web

http://www.distributique.com/actualites/lire-numerique-les-tpe-francaises-accusent-toujours-un-retard-important-15950.html

« le rôle de l’État n’est pas d’agir à la place des entreprises ou des banquiers »

http://www.ie.bercy.gouv.fr/directions_services/scie/docs/note_gie_inhes09.pdf

Tous les étudiants sensibilisés à l’Intelligence Economique dès 2013

http://blog.lefigaro.fr/crequy/2011/02/tous-les-etudiants-sensibilises-a-lintelligence-economique-des-2013.html

« Il faut cultiver notre jardin » Voltaire, « Candide »

http://www.bacdefrancais.net/candide-conclusion2.php

3 réflexions au sujet de « Un chargé de veille dans la nuit de la Veille »

  1. Merci pour la mention ; )

    Analyse assez sombre de la situation de la veille en France mais malheureusement pas si éloignée que ça de la réalité.
    Il est vrai que la veille est souvent délaissée et selon moi c’est surtout car l’on sous-estime son utilité, ou alors que l’on en a pas conscience, ce qui est presque pire non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s