Profiling verbal

Ces tics de langage qui vous dévoilent

« Si la parole est d’argent, le silence est d’or » énonce un adage populaire.

Pourtant, il est des situations où la prise de parole se révèle indispensable. Notamment, au sein d’un travail d’équipe, pour exprimer sa position ou que les instructions ont été bien reçues et seront suivies d’effets. L’irruption d’une expression ou d’une formule peut alors éclairer le responsable sur l’état d’esprit d’un ou plusieurs membres de son équipe. Il convient, à cette occasion, de rappeler que la veille en entreprise, qu’elle soit confiée à une équipe dédiée ou à l’ensemble des salariés, tous postes confondus, reste un travail d’équipe qui, à ce titre, doit être piloté par un responsable.

En outre, dans une démarche d’influence, connaître les rouages de la psychologie de votre interlocuteur vous permet d’adapter votre discours. La méthode est d’autant moins intrusive que c’est votre interlocuteur lui-même qui vous tend les clés.

DIALOGUE

Lenoir : « Vous n’auriez pas n Euros ? »

Leblanc : « Mais putain, trop fort… « J’hallucine, je rêve, j’y crois pas Je suis, entre guillemets, sur le cul que vous demandiez une chose pareille. »

Lenoir : « Désolé, je m’excuse. Laissez tomber, je vais essayer de m’en sortir tout seul ! »

Leblanc : « C’est comme vous voulez ! Mais, en fait, je comptais sur vous pour aller m’acheter des cigarettes.»

Lenoir : « Honnêtement, je ne suis pas contre »

Leblanc : « Vous n’allez pas me laisser tomber, n’est-ce pas ? »

Lenoir : « Tout à fait. Je vais essayer, c’est promis.»

Leblanc : « Alors bon courage ! »

Au final, après 15mn de file d’attente au tabac, Lenoir obtiendra une cigarette du paquet de Leblanc, soit bien moins que les n Euros sollicités, pour un effort plus conséquent.

INTERPRETATION

Splendide exemple de ce que peut donner un dialogue entre une victime et un manipulateur. La principale force du manipulateur est l’exploitation des vulnérabilités de sa victime. Sa principale vulnérabilité vient de sa crainte de se retrouver sous les projecteurs, pris en flagrant délit de manipulation.

« Vous n’auriez pas n Euros ? »

Le mode interro-négatif, qui pourrait être qualifié d’interro-disqualificatif tant il porte en lui la marque de l’échec, est déjà en soi une fin de non-recevoir. Lorsqu’il s’adjoint au conditionnel, temps du « Paris mis en bouteille », il trahit une faiblesse de caractère, ou sa fragilisation.

La bonne réponse de Leblanc à une telle demande aurait alors été : « Si c’est vous qui le dites, non je n’en ai pas ! En fait, j’en ai un, mais je ne crois pas qu’il vous conviendra. »

« Mais putain, trop fort… »

Exagération dans l’expression de son ressenti. L’auteur de tels tics de langage trahit une perte de conscience de la différence entre le réel et le factice. Dès lors, une vision exagérée de ses possibilités en résulte. Face à ce genre d’excès langagier, il convient de rappeler que « Les putains ne ressentent pas l’amour pour de vrai, elles font semblant. ». L’interlocuteur comprendra ainsi que sa simulation a été percée à jour.

En outre, le « trop » induit une démesure de l’ambition au détriment du résultat. Là encore, un « Plus c’est trop, plus t’es moins ! »remettra l’interlocuteur à sa place.

« J’hallucine, je rêve, j’y crois pas »

L’interlocuteur trahit son immaturité, son refus d’accepter la réalité. Or, « Si tu cesses de rêver, tu risques de te réaliser »

« Je suis,  entre guillemets, sur le cul que vous demandiez une chose pareille »

La peur de s’affirmer et d’assumer son propos pousse Leblanc à se retrancher derrière des guillemets imaginaires, comme si quelqu’un d’autre s’exprimait à sa place. « Je ferme les guillemets avant de les ouvrir »

« Désolé, je m’excuse »

Lenoir est poursuivi par un tel sentiment de rejet, de culpabilité, qu’il n’est même plus capable de défendre son territoire intérieur : sa dignité.

« Laissez tomber »

Expression révélatrice d’une attitude de fuite par sabotage du potentiel.

« je vais essayer de m’en sortir tout seul ! »

Procrastination et simulation sont au rendez-vous de cette formule. Essayer n’est pas s’engager. En outre, si Lenoir avait pu s’en sortir seul, il n’aurait pas fait appel à la générosité de Leblanc.

« C’est comme vous voulez ! »

Expression caractéristique de la peur de s’affirmer. Le pouvoir de décision est confié à l’autre.

« Mais, en fait, je comptais sur vous pour aller m’acheter des cigarettes »

Manipulation du paresseux Leblanc délégant ses pouvoirs à ses troupes. Pour demander de l’aide, préférez la formule : « j’ai besoin de votre aide ». Le « en fait » révèle un état de dispersion mentale, voire de fragilité psychologique. Enfin, « Les superstitieux conjuguent leur avenir à l’imparfait de l’indicatif ». Or, la principal caractéristique du superstitieux est de n’avoir aucune emprise sur son avenir.

« Honnêtement, je ne suis pas contre »

Lenoir refuse de s’impliquer. En cas d’incertitude, préférez solliciter un délai de réflexion. En outre, l’adverbe « honnêtement » révèle un individu qui ne pense pas ce qu’il dit…ou ne dit pas ce qu’il pense.

« Vous n’allez pas me laisser tomber, n’est-ce pas ? »

La formule de Leblanc trahit un besoin d’approbation découlant d’un concept d’infériorité fréquent chez le manipulateur.

« Tout à fait »

Lenoir n’approuve ni ne désapprouve. Face à des esquives de ce genre, il importe de reformuler : « êtes vous bien d’accord avec moi ? »

« Je vais essayer, c’est promis… »

Comme précédemment indiqué, essayer n’est pas s’engager. En outre, la promesse de Lenoir n’engage que celui qui la reçoit, c’est-à-dire Leblanc. Elle révèle un individu qui exige des contreparties. « Les promesses c’est du vent, les actions, c’est du béton. »

« Alors bon courage ! »

« J’espère que vous connaîtrez autant de difficultés que moi. » semble dire Leblanc à sa victime du jour.

A l’issue de cet exercice, chacun comprendra l’importance d’évacuer de son expression quotidienne certains tics de langages qui non seulement n’apportent rien au contenu de son discours mais révèlent ses défaillances et ses faiblesses psychologiques.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, n’hésitez pas à consulter l’« Encyclopédie des Mots » de Caroline Messinger.

Une réflexion au sujet de « Ces tics de langage qui vous dévoilent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s