Collecte de données en ligne

Le chargé de veille ne cherche pas toujours la petite bête

Trop souvent, dans son environnement professionnel, le chargé de veille est mis en demeure de trouver l’introuvable. Aux yeux du commun des mortels, Internet est la panacée universelle à nos ignorances quotidiennes, et le chargé de veille devient à la fois l’interprète des innombrables gazouillis du Web et le sorcier qui tire des entrailles de la bête cette information que tout le monde cherche.

Dès lors, voilà notre chargé de veille changé en pisteur, s’angoissant de ne pas trouver l’âge du capitaine ou le temps que met le fût du canon cher à Fernand Reynaud pour refroidir.

Stop…

La fonction essentielle du chargé de veille est moins de trouver l’information situé au plus profond du Web profond que d’analyser des flux d’informations. « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine » nous répétait à l’envi un de mes enseignants. A l’heure de l’infobésité, cette maxime devrait retrouver tout son sens.

Voilà pourquoi, en découvrant le rapport remis le 25 novembre 2009 par le centre d’analyse stratégique à Nathalie Kosciusko-Morizet sur le télétravail, l’envie m’a pris de traiter ce sujet qui me tient à cœur, non pas sous l’angle de la recherche d’informations sur le Web mais sur une réflexion davantage systémique, qui débouche sur d’autres axes de veille que celui du télétravail, tout en le complétant parfaitement.

En outre, j’avais écrit dans un précédent billet que le chargé de veille était l’ami du DRH. Et bien, voilà la preuve que le service Ressources Humaines a tout intérêt à collaborer avec un chargé de veille sur des questions générales comme celle-ci.

Enfin, lors de la première rencontre Veille Lab, j’avais commencé à évoquer auprès d’une personne (qui se reconnaîtra) ce que je comprenait dans le mot « Lab ». Malheureusement, je n’avais pas eu le loisir de développer mon concept du laboratoire. Ce billet servira donc d’illustration de mon propos. En espérant reprendre dans un contexte plus calme ce dialogue interrompu…

Le télétravail et son influence sur l’organisation du travail en France

2 réflexions au sujet de « Le chargé de veille ne cherche pas toujours la petite bête »

  1. Billet très intéressant.
    Helas, c’est le problème de nombreux postes liés au Tics, que l’on soit webmaster, veilleur, chargé de veille, ou assistant commercial, qu’importe l’entête du poste. La problématique est la même. Trouver moi cà, maintenant, c’est urgent… C’est pour hier.

    Par contre j’ai une question : Je vois pas le lien avec le rapport ?

  2. Merci,

    Pour le rapport, c’est simplement parce qu’il me fallait un thème récemment abordé qui me permette de montrer l’étendue du savoir-faire d’un chargé de veille en matière d’analyse de l’information collectée.

    Quant au thème du télétravail, c’est d’abord parce qu’il fait l’objet, depuis le début des années 2000 d’une abondante littérature qui en décortique les applications et implications, même s’il se développe peu en France. Il est donc possible, dans une approche systémique, de comprendre quelles sont les interactions entre les différents acteurs.

    Mais aussi et surtout, le métier de chargé de veille, en ce qu’il se pratique essentiellement (quoique pas exclusivement) sur ordinateur, se prête parfaitement au télétravail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s