Collecte de données en ligne

Un chargé de veille décrypte une culture d’entreprise

Au cours de mon expérience professionnelle comme chargé de veille d’opinion, j’ai pu constater à quel point l’irruption d’Internet bousculait le fonctionnement de certaines entreprises.

Sur Internet, la communication y est symétrique. Elle repose sur le principe de l’égalité des interlocuteurs, dont les interactions sont telles que la structure et le fonctionnement de l’ensemble restent constants.

Or, les entreprises les plus troublées par la « Web communication » sont celles qui reposent sur une culture hiérarchique. La communication, au sein de telles structures, repose sur un ordre de priorité, qui génère des rapports de subordination entre les membres du groupe. Le pouvoir et son corollaire, la responsabilité, sont les fondements de cette relation.

Il existe plusieurs schémas de culture hiérarchique. Parmi eux, celui que l’on pourrait surnommer « La Ruche ». Sa devise : une place pour chacun, et chacun à sa place.

Dans La Ruche, tout se doit d’être cohérent. Cette cohérence sous-tend la codification de la vie d’entreprise dans ses moindres aspects. Le formalisme règne ici en maître absolu. Le règlement rythme la vie de La Ruche en définissant les droits et les obligations de chacun. Les individus deviennent des agents, regroupés en corps de compétences, divisés eux même en échelons. Chaque agent, par promotion, gravit les échelons. Au sein de chaque corps, l’autorité est détenue, à grade égal, par le plus ancien, qui n’est pas toujours le plus compétent. Le traitement d’une demande, quelle qu’elle soit, obéit à une procédure, et fait l’objet d’une démarche de dépôt de dossier auprès de l’autorité hiérarchique, qui précède un délai de prise de décision. Celle-ci se doit d’être justifiée. Les supérieurs donnent des ordres, les subordonnés les exécutent. Toute contestation s’effectue par voie de recours auprès de l’autorité supérieure, selon un processus soigneusement balisé.

Un tel univers, digne de « 1984 » de George Orwell, n’est évidemment pas préparé à réagir aux changements brusques, à s’adapter aux évolutions rapides, à faire face à l‘imprévu, à anticiper les nouveautés. Peu importe : pour engager ou exonérer un agent ou un service de sa responsabilité dans la survenance d’un événement, il suffit de vérifier si la procédure a été normalement suivie. Dans ce cas, La Ruche décline toute responsabilité dans la survenance de l’événement malheureux.

Un nouvel épisode de la saga France Telecom, relaté par « Le Monde » illustre parfaitement la manière dont fonctionne La Ruche, mais souligne aussi ses dysfonctionnements.

Un médecin du travail de France Telecom justifie ainsi sa démission : « Durant ces deux années d’exercice, je n’ai pu faire que le constat d’une adaptation forcée de l’homme au travail ».

« adaptation forcée de l’homme au travail » : voilà qui résume à merveille tout ce qui a été précédemment détaillé sur le fonctionnement de La Ruche :

Supérieurs/subordonnés : chacun campe sur ses positions : « Au 10-14, la direction a programmé une formation d’une heure à 10h30 alors qu’elle savait qu’il y avait le débrayage. On l’a su aujourd’hui. C’est un manque de tact »


Prééminence des règles sur les hommes : « Yonnel a été muté d’office à un poste moins qualifié. Après trente ans de services où il a toujours été bien noté. Son supérieur le juge trop âgé.»

– Incapacité à s’adapter aux évolutions : « D’un côté, une activité qui change radicalement en 10 ans (de la téléphonie fixe en France à l’Internet mobile dans le monde entier), et une compétition internationale féroce. De l’autre, 120 000 fonctionnaires qu’on ne peut pas virer. Le clash était inévitable. »

Face à des réactions d’entreprises qui paraissent incompréhensibles, comprendre la culture d’entreprise permet de remettre l’homme au cœur de celle-ci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s